La définition

Le monde dans le quel nous vivons est ultra-médiatisé, toute l’information passe par les medias. Le matin quand on se réveille on écoute la radio, le soir on regarde le JT. Toute cette information peut être facilement reformulé, déformé, mal interpréter par ces médias. Les médias, même sans le percevoir peuvent nous manipuler, ils influencent nos choix. En prendre conscience est important car chaque jours nos choix sont dictés par les médias, exemple : la pub, les décisions politiques… On parle même de " pouvoir des médias ". C’est un pouvoir qui se sépare des trois autres, mais est très important. Il n’a lieux d’exister que si personne ne connait son existence. Les médias n’ordonne pas, ils suggèrent, proposent. Si le quatrième pouvoir n’est pas (ou pas seulement ) celui de nous faire penser, pourrait- il être celui de nous empêcher de penser ? Ou de nous dire à quoi penser ? Ou comment penser ? Dans notre société actuelle les médias sont de plus en plus présents dans notre vie. Depuis presque un siècle, la radio, puis la télévision, puis aujourd'hui l'Internet, sont venus s'ajouter à la presse écrite qui date de plus longtemps encore. Il est donc nécessaire de s'interroger sur l'influence, bonne ou mauvaise, qu'ont les médias sur nous et notre pensée. Cette manipulation est très discrète et très réfléchie. Elle se base sur des techniques, des modèles à suivre, et à appliquer pour réussir à changer ou rediriger le choix de la population. La manipulation mentale désigne une tentative de prise de contrôle de l'esprit et du comportement d'un individu ou d'un groupe d'individus, par l'utilisation de techniques de persuasion et de suggestion mentale qui permettent de contourner le sens critique de la personne, c'est-à-dire sa capacité à juger ou à refuser des informations. La manipulation mentale se différencie de la domination, par le fait qu'elle essaie d'obtenir de la ou des victimes qu'elles se comportent d'elles-mêmes, comme l'ont prévu les manipulateurs, et sans qu'elles soient conscientes de la suggestion extérieure.

 manipulation-tf1-tele-contre-television-tv-medias-antitelevision-anti-big-brother-democratie-monarchie-roy-royalisme-royaliste-monarque-politique-france-gauche-droite-centre-umps-journaux-emissions-roi-action 

 

Ceci est un exemple de Beauvois et Joule dans Petit Traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens : «un père demande à son fils, occupé avec un ami, d’aller lui acheter des cigarettes. Le fils accepte en pensant que ce n’est pas grave, le bureau de tabac étant tout près. Le père lui annonce alors qu’aujourd’hui la boutique du coin de la rue est fermée, qu’il faut aller à une autre, bien plus éloignée. Le fils, qui était déjà sur le point de partir, obtempère et sort de la maison d’un air morose. Que s’est-il passé? Le père savait que s’il demandait de but en blanc à son fils d’aller au magasin éloigné, ce dernier n’accepterait pas, car ce serait une trop grande perte de temps. La manipulation repose ici sur la dissimulation d’une information importante, lors d’une première demande, trompeuse, qui permet d’obtenir une première réponse positive (...) Mais en quoi est-ce une action violente? On pourrait se dire que le fils n’aurait certes sans doute pas accepté de rendre service à son père sans stratagème caché; mais quand il le fait, où est la contrainte? Son père n’a pas donné d’ordre, le fils ne semble pas obéir. Pourtant, il s’agit bien d’une violence psychologique: à la différence d’une violence physique, qui passe par une action explicite, la manipulation " consiste à entrer par effraction dans l’esprit de quelqu’un pour y déposer une opinion ou provoquer un comportement sans que ce quelqu’un sache qu’il y a eu effraction. Tout est là, dans ce geste qui se cache à lui-même comme manipulatoire".

 

 

×